Motivation des équipes

16 Avril 2015
Le recrutement n’est déjà pas une mince affaire, mais le problème de motivation des équipes arrive ensuite, une fois les collaborateurs en place.
Le Dirigeant de PME se questionne souvent sur cette véritable motivation. 
 
Beaucoup pensent qu’un salaire de base suffisant entraîne le dynamisme des employés. Il est encore courant de voir des chefs d’entreprise attribuer une prime  (et seulement cela) à des salariés pour les motiver sur un nouveau poste.
 
« Je ne peux pas comprendre sa réaction et sa démotivation, quand je vois ce qu’il gagne » (ndlr : ce que je lui donne).  Quel chef d’entreprise ne s’est jamais posé cette question ?
 
Pour motiver, il faut avant toute chose, communiquer ! Le management participatif et la communication vers les équipes sont les maîtres mots d’une motivation préservée. Les collaborateurs doivent être au courant des projets de l’entreprise, vous devez partager vos attentes avec eux. A quand remonte le dernier entretien individuel que vous avez eu avec un collaborateur que vous qualifiez comme démotivé? 
 
Pour motiver, il faut savoir déléguer ! Si vous apprenez à laisser un champ libre, une marge de progression, le droit à l’erreur, mais savez aussi fixer des objectifs et des challenges, vous n’avez plus qu’à laisser faire et vos collaborateurs pourront relever le défi de la confiance que vous leur portez. Cela va de pair avec un esprit de compétition qui doit être travaillé pour attiser l’intérêt du travail accompli.  Les ‘team buildings’ entrent également dans les pratiques qui servent à développer l’esprit de cohésion et de compétition, et non de gains financiers.
 
Pour motiver les collaborateurs, il faut les suivre ! Vous devez vous renseigner en cours de route sur l’état d’avancement et savoir les féliciter sur les premières victoires. N’attendez pas la fin, la date de restitution d’un dossier, la fin d’une mission, d’un chantier pour faire un constat global. Les recadrages, s’ils existent, doivent se faire en cours de route. Bon nombre de dirigeants constatent des dérives, rongent leur frein mais ne disent rien avant que cela n’explose pensant que le salarié s’en rendra compte de lui-même.
 
De plus, les mentalités ne cessent d’évoluer, les nouvelles générations de collaborateurs ne réagissent plus comme les anciennes. Beaucoup de dirigeants proches de la retraite font cet amer constat et avouent ne pas comprendre l’attitude et les attentes des plus jeunes.  Ces conflits intergénérationnels ont toujours existé. Cependant à ce phénomène s’ajoute la situation de crise et les modifications comportementales qu’elle entraîne.  C’est une évidence, la génération montante ne vit plus avec les mêmes repères. 
L’argent est important, mais confort de vie et bien être...sont aussi essentiels. 
 
Le premier point est apporté par le salaire et donc l’entreprise, les autres besoins ne le sont pas. Par contre vous pouvez contribuer à apporter par le travail et un bon niveau de motivation une réelle source d’épanouissement à vos collaborateurs.
 
Tout ceci s’orchestre et se met en place en appliquant des règles de base et du bon sens, mais aussi en acceptant que d’autres puissent réagir et penser différemment de soi. 
 
Fort de ces constats et avec un peu de méthode, vous y arriverez sans aucun doute.
 

Design by IDWeaver