Les constats d'échec.

16 Avril 2015
Tous, en tant que parents, ou en tant qu’amis de parents nous avons eu à vivre  la dure réalité des mauvais bulletins et les conséquences de redoublement qu’ils entrainent. 
 
Trouver l’explication à cette situation nous parait toujours ou souvent une priorité et est souvent vécue par nos enfants comme un dernier examen à passer. Ceci se fait la plupart du temps dans une scène théâtralisée où l’explication cède très vite le pas à la compréhension et à la collecte de promesses de rectification pour la période ou l’année suivante. 
 
Une fois ce rituel terminé, nos enfants sont souvent soulagés, on ne peut pas en dire autant de notre état d’esprit. 
 
Un échec scolaire ou universitaire peut avoir de multiples causes. Nous ne nous attarderons pas aux causes telles que la maladie, la mauvaise orientation…ou autres causes objectives, mais à celles qui nous laissent sans réponse telles que : « c’est vraiment ce que j’aime…je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas réussi…les profs ne m’aiment pas… » et que nous allons, par manque de volonté de compréhension, cataloguer sous l’étiquette « pas assez travaillé ». 
 
Il peut aussi s’agir d’un ACTE MANQUE. 
 
Qu’est-ce qu’un acte manqué ?  : « Ratés du comportement dévoilant un conflit inconscient »
 
« Oublier de se rendre à un examen, perdre ses clefs de voiture le jour du départ, multiplier les lapsus lors d’un discours : exemples classiques de l'acte manqué. La volonté consciente de faire quelque chose se trouve alors perturbée par un désir, à demi inconscient, de faire autre chose. Et l’on en arrive à cette excuse, maintes fois formulée : " Je ne sais pas comment j’ai pu oublier notre rendez-vous ? " Nous commettons tous des actes manqués. Seule leur répétition, traduisant une conduite d'échec, doit amener à s'interroger ».
 
« L'acte manqué est un acte d'apparence illogique, traduisant un désir inconscient, refoulé, exprimé de façon involontaire (par exemple le lapsus). C’est en quelque sorte la révélation involontaire de ce que le sujet ne peut pas exprimer consciemment. »
 
Si ce « désir semi-inconscient » n’est pas correctement identifié, nous risquons en tant que parents, de voir nos enfants refaire les mêmes erreurs avec les mêmes conséquences. Il est aussi très fréquent qu’une tierce personne soit plus à même que nous de pouvoir dialoguer ouvertement et identifier ce désir refoulé..., il ne faut surtout jamais se couper de cette possibilité au risque de couper le contact avec ses enfants.
 
SIMILITUDE
 
Très souvent, en tant qu’analystes d’entreprises, nous avons été confrontés dans les PME-PMI, à des situations ayant beaucoup de similarités avec ce qui précède. 
 
De gros problèmes dans les entreprises, suivis par des remontrances des experts comptables et des promesses de mesures d’amélioration non tenues par le chef d’entreprise.…
 
Doit-on pour autant penser que tous les problèmes des entreprises sont dus à des actes manqués des entreprises ? bien sûr que non…toutefois il convient PAR TOUS LES MOYENS d’en être sûr. 
 
Au même titre qu’une tierce personne est parfois nécessaire à la compréhension des désirs inconscients de nos enfants, autant il est important pour les chefs d’entreprise de pouvoir s’assurer que leurs actes sont bien orientés et non des actes manqués. 
 
A ce titre les sociétés de conseils en PME-PMI sont PLUS QUE QUALIFIEES pour en juger. CEDEC qui met en avant l’adéquation des besoins de l’entreprise avec la motivation des chefs d’entreprises, peut se targuer d’être un intermédiaire incontournable en la matière. 
 
 
 

Design by IDWeaver