La valorisation d'une entreprise familiale

28 Septembre 2016

Vendre votre entreprise : comment la valoriser ?
Chaque année en Europe, des milliers de PME sont cédées, dont une moitié sont des entreprises familiales. Parmi les chefs d’entreprise concernés, peu sont ceux qui ont une idée objective de la valeur réelle de leur entreprise et c’est pourtant un préalable nécessaire à la vente.
Céder sa société, c′est toucher le fruit d′années de travail acharné. Mais une entreprise en bonne santé ne garantit pas une cession réussie ! Bien valoriser votre entreprise est un exercice subtil d’équilibre entre le passé et les perspectives futures de la société.
Comment connaître le prix de votre entreprise ? Que ce soit pour une cession intrafamiliale ou la vente à des tiers (par un management buy-out, un repreneur industriel ou un investisseur financier), la seule réponse, c’est celle du « marché ».
Pour cela, le « marché » utilise différentes techniques de valorisation, et il existe autant de formules de calcul que d’entreprises. Dans la très grosse majorité des cas, les formules sont basées sur une des trois méthodes usuelles de valorisation :
1. La valorisation sur base de l’actif net réévalué (qui s’appuie sur le bilan de l’entreprise).
2. La valorisation sur base d’une comparaison des résultats passés de l’entreprise avec d’autres sociétés ou transactions dans le même secteur (méthode des multiples).
3. La valorisation par actualisation des flux de trésorerie prévisionnels (en anglais : discounted cashflows) sur base d’un plan d’affaires complet sur 5 à 7 ans.
Quelle méthode de valorisation choisir ?
La réponse peut dépendre du secteur d’activité, et parfois de l’acheteur (investisseur financier par exemple). Mais dans la plupart des cas, une approche hybride sera utilisée, combinant les trois méthodes pour obtenir une fourchette de valorisation. Et si la fourchette obtenue est inférieure aux attentes du vendeur, il faut savoir que dans tous les cas le facteur décisif de l’achat sera le rendement futur attendu de l’entreprise, plus que les deux autres méthodes qui reposent sur une vision « dans le rétroviseur » de l’entreprise.
En conclusion
Une bonne vente, c’est avant tout une bonne préparation :
1. Un bilan et un compte de résultats qui reflète au mieux l’activité économique réelle de la société, et des comptes clients et fournisseurs propres.
2. Avoir un plan d’affaires à 5 ou 7 ans, qui valorise les forces de l’entreprise.
3. Déterminer objectivement la (fourchette de) valeur de l’entreprise.
4. Analyser la dépendance de la société au dirigeant actuel (CA, expertise technique, etc.), puis trouver et mettre en place des solutions viables.
5. Enfin chercher un repreneur : quelle(s) cible(s), quelle(s) approche(s), etc.
Pour réaliser au mieux tout cela, un conseil : Faites-vous accompagner d’un professionnel spécialiste des PME, qui saura vous épauler et vous guider sur le chemin de la meilleure transaction.
N’hésitez pas à nous consulter à : info@cedec.be

Design by IDWeaver