La nouvelle normalité qui sera imposée aux bureaux après la pandémie

21 Juillet 2020
La nouvelle normalité qui sera imposée aux bureaux après la pandémie

Malgré tous les problèmes, tant sociaux qu'économiques, qui ont surgi de la pandémie que nous commençons à laisser derrière nous, d'autres effets secondaires découlant de cette crise apparaissent qui pourraient apporter différents bénéfices aux entreprises. Le "presentialisme" dans les espaces ouverts et collaboratifs, les détecteurs de fièvre ou les portes automatiques qui deviennent populaires et indispensables, ou que les arguments nécessaires pour retenir les talents sont modifiés par des concepts tels que l'espace de travail, la qualité de l'air ou l'éclairage des bureaux eux-mêmes.

 

De nombreux espaces de bureau sont inutilisés, comme s'ils étaient neufs, des mètres carrés de bureaux, d'espaces de collaboration, de salles de réunion, de canapés et de tables sont vides, parce que les travailleurs qui les habitent ont été ou sont encore en train de télétravailler depuis leur domicile.

 

Le retour, avec plus ou moins de craintes, peut être passionnant mais différent de ce que nous imaginions il y a quelques mois. Les travailleurs arriveront par étapes pour éviter les foules et, dans la plupart des cas, devront porter un masque pour se protéger et protéger leurs collègues. Les éléments communs vont changer : le bouton d'ascenseur pourra être actionné par la voix, le contrôle d'accès pourra se faire par reconnaissance faciale ou vocale, et si les lieux de travail fixes deviennent des lieux de télétravail, les espaces individuels deviendront communs.

 

Tout cela a conduit à un changement de mentalité des travailleurs. Le message qu'aura la génération post-COVID-19 sera : "puisque les choses changent, faisons-le à notre façon". Et avec ces changements, de la part des entreprises, l'évaluation par les objectifs et les résultats deviendra plus importante que jamais.

 

Dans la nouvelle normalité, le lieu de travail sera changé par la maison elle-même, tant qu'il n'est pas indispensable d'aller au bureau. Et les codes vestimentaires habituels seront changés pour des vêtements et des pantoufles confortables. L'activité professionnelle sera déplacée et le bureau deviendra une entité abstraite à partir de laquelle les messages, les stratégies et les questions critiques seront transmis. Les réunions vont changer votre façon d'être. En plus des réunions télématiques déjà habituelles, le bureau occupera des espaces avec des tables hautes, sans chaises, afin de favoriser la fluidité des réunions. Il y aura davantage d'espaces ouverts et de salles de réunion.

 

Il est nécessaire de restructurer les espaces afin d'occuper 50 % de la capacité et pour que chaque personne puisse maintenir la distance sociale recommandée par les autorités sanitaires, avec une utilisation flexible et hygiénique de l'espace, avec l'installation de systèmes qui détectent la température du corps par infrarouge, l'extension des grilles qui absorbent la saleté, le renforcement des espaces ouverts (terrasses, toit, patios), la promotion de la ventilation naturelle afin de pouvoir effectuer quatre rénovations par jour ou d'incorporer des assistants vocaux pour minimiser les points de contact.

 

En outre, l'investissement dans les solutions technologiques devrait également être accru afin d'améliorer le travail, la créativité et la collaboration, en effectuant un virage à 360 degrés vers un "bureau intelligent" où le réaménagement de l'espace sera abordé, laissant le poste de travail fixe en arrière-plan. La technologie sera utilisée pour la billetterie, les applications de stationnement et les systèmes automatisés de réservation de salles de réunion. Les ascenseurs seront équipés d'éléments pour l'élimination des virus avec des lampes ultraviolettes et des ozoniseurs pour purifier l'air, et la charge sera limitée pour assurer la distance sociale et même le contrôle par la voix entre autres solutions.

 

Du point de vue de l'employeur, ces changements entraîneront des économies dans les dépenses de bureau telles que le nettoyage, le mobilier, les frais de location avec des bureaux plus petits, l'entretien, etc. L'employé aura un certain degré de liberté, un plus grand confort et évitera les déplacements. A priori, tout est une fenêtre pour les deux.

 

Au CEDEC, nous pensons que les entreprises doivent s'adapter, dans la mesure du possible, à cette nouvelle réalité, et étudier des solutions innovantes pour maintenir la distance sociale et le bien-être de leurs employés. Toutes ces contributions seront essentielles pour continuer à évoluer vers cette nouvelle réalité et pour continuer à travailler à l'excellence des entreprises.

 

Design by IDWeaver