Comment redresser une entreprise en difficulté ?

05 Novembre 2015

Une entreprise en difficulté évolue dans un contexte bien particulier. L’entrepreneur doit alors s’appuyer sur des aides externes ayant une expérience des situations de crise, mais aussi les réflexes nécessaires pour aider à prendre les bonnes décisions.

 

Depuis 1965, Cedec intervient auprès de dirigeants d’entreprise et œuvre à leurs côtés au redressement de leur entreprise. 

 

Les modalités peuvent être très variables d’une entreprise à l’autre. Il s’agira généralement d’une mission qui se fixe, à court terme, pour objectif la survie de l’entreprise et, à long terme, le retour à des marges de manœuvre plus satisfaisantes. Ce second cycle d’intervention permet de résoudre les problèmes stratégiques qui exigent par nature plus de temps pour être corrigés.  

 

Le premier cycle d’intervention au sein de l’entreprise comporte trois phases d’une durée inégale :

 

Phase 1 : diagnostic. Cette première phase, nécessaire au regard de la protection des dirigeants, consiste à vérifier que la situation de l’entreprise n’est pas irrémédiablement compromise et qu’un redressement est encore possible. Un calendrier d’actions est dès lors convenu.

Phase 2 : étude et orientation. Cette seconde phase porte à la fois sur les prévisions de trésorerie et sur l’examen de la rentabilité et du financement prévisionnel à court et moyen terme. La définition des diverses actions de rationalisation concrète est engagée.

Phase 3 : Assistance à la mise en place des actions. Afin d’assurer la survie de l’entreprise pendant la phase de crise, il est presque toujours nécessaire d’adapter son organisation et ses règles de fonctionnement. Ces modifications visent à privilégier l’amélioration immédiate de la trésorerie au niveau de l’exploitation.

 

Les leviers de la survie en période de crise

 

L’action de l’expert en gestion de crise visera  de multiples points qui seront abordés de front, ceux-ci viseront principalement :

 

  • la gestion du besoin en fonds de roulement  
  • la recherche de financements
  • la gestion de l’exploitation : pilotage du chiffre d’affaires et de la marge brute sur vente
  • la réduction et la maîtrise des coûts d’exploitation
  • la gestion des investissements
  • la communication vers les partenaires

 

Dans ce dernier contexte, il est indispensable de disposer de prévisions d’exploitation et de trésorerie. Ces informations pourront être communiquées régulièrement. La direction de l’entreprise mettra en évidence les actions engagées et leur impact, tant sur les coûts que sur les actifs circulants. Toute forme de silence dans la transmission de l’information entraîne une suspicion de la part des partenaires financiers.

 

Recommandation

 

L’assistance aux entreprises en difficultés est centrée sur l’apport temporaire, à côté du chef d’entreprise, d’un expert dans le domaine de la gestion de crise et du redressement. Celui-ci doit être capable de mettre en place très rapidement de nouveaux outils et de nouvelles procédures destinés à optimiser la gestion de la trésorerie à court terme de l’entreprise.

La présence dans l’entreprise d’un expert apporte une crédibilité supplémentaire auprès des banques et des divers organismes créditeurs de l’entreprise. 

Le support technique de cet expert et le transfert d’une partie de la pression quotidienne des fournisseurs et des banques sur ce manager de crise permettent à la direction de redéployer une partie de son temps et de son énergie à la conduite opérationnelle du redressement.

Pour assister les dirigeants d’entreprises dans le redressement de leurs activités, le CEDEC, leader européen depuis 1965 dans la gestion, l'organisation et la gestion d'entreprise, a conçu des méthodes et démarches spécifiques pour atteindre rapidement les objectifs de redressement visés.

N’hésitez pas à nous contacter pour engager une réflexion en compagnie de l’un de nos experts.

 

Design by IDWeaver