5 règles pour gérer les ressources humaines en temps de crise (2ème partie)

13 Novembre 2014

En situation de récession économique, les êtres humains restent le moteur de votre entreprise. Voici quelques conseils pour que les collaborateurs continuent de donner le meilleur d’eux-mêmes en pleine tempête.

 

Dans l’article précédent, « La gestion des ressources humaines en temps de crise », nous avons parlé de la nécessité de motiver pour conserver les talents au sein de son organisation.

 

Au CEDEC, nous vous recommandons d’appliquer 5 grandes règles pour la gestion des ressources humaines en temps de crise :

 

1. Des objectifs clairs et spécifiques. A l’heure ou l’incertitude règne, le personnel a besoin d’être rassuré. La seule manière de procéder est de donner des objectifs clairs sur ce qui est à faire en fonction des résultats attendus.

 

2. Adopter une communication directe, honnête et ouverte. Dire la vérité sur ce qui se passe et travailler en totale transparence est indispensable pour la confiance. Dire les choses en cachant la réalité, ou en essayant de l’enjoliver, aurait des conséquences bien pires. Il est donc capital de s’assurer que les messages importants sont correctement transmis et compris par les personnes concernées à travers les différents moyens de communication disponibles.

 

3. Impliquer le personnel et encourager les initiatives. Dans des temps incertains, on ne sait jamais quelles idées sont les meilleures pour aider à surmonter une période de crise. Bon nombre de vos collaborateurs travaillent au quotidien en première ligne. Ils sont confrontés aux réalités opérationnelles ainsi qu’aux attentes des clients… Pourquoi ne pas tenir compte d’une idée, d’où qu’elle provienne, qui pourrait améliorer le fonctionnement de votre entreprise?

 

4. Reconnaître et récompenser les bonnes performances. Vous pouvez récompenser le bon travail en activant des leviers qui ne reposent pas exclusivement sur un système pécuniaire. Il existe un large éventail d’outils pour reconnaître le bon travail des collaborateurs, comme l’octroi de jours de congé ou la promotion interne. Souvent, ces distinctions ne nécessitent aucune compensation financière.

 

5. S’il n’y a pas d’alternative, il faut se séparer des moins rentables et pas des moins chers. Il est fréquent d‘entendre cette phrase dans les entreprises qui traversent des difficultés : « Il coûte cher, il faut le licencier. » Malheureusement, cet argument sert souvent d’unique support de réflexion alors qu’il faudrait qu’il ne s’agit pas du seul et unique élément à prendre en compte. Se séparer « des moins chers » conduit souvent les entreprises à perdre les plus motivés et les plus capables, donc ceux qui peuvent vous aider à surmonter une mauvaise passe.

 

En résumé, la situation économique ne peut pas faire oublier que le principal atout d’une entreprise réside dans ses ressources humaines. Il faut savoir les gérer et les motiver pour les amener à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Design by IDWeaver