5 recommandations pour la création d'une PME réussie

31 Juillet 2018
5 recommandations pour la création d'une pme réussie

Entreprendre peut être très tentant : cela permet de se développer personnellement et professionnellement avec son propre projet, de créer de l'emploi à un moment où il n'est pas facile de le trouver et de se passer des patrons et des supérieurs qui peuvent rendent la vie quotidienne difficile; cependant, la création d'une entreprise peut être (et peut sembler) compliquée.

 

Chez CEDEC, nous savons que la création d'une nouvelle entreprise peut être une aventure très enrichissante, à condition que soit faite une analyse exhaustive des besoins du marché et des possibilités de les satisfaire avec le nouveau service ou produit. Les entrepreneurs font souvent certaines erreurs récurrentes lorsqu'ils démarrent leur projet.

 

Et la plus importante est peut-être de se laisser dominer par la peur de l'échec, une peur qui peut être très limitante, en empêchant de prendre des risques et de prendre les meilleures décisions. Mais il faut aussi garder à l'esprit que se tromper permet d'apprendre, ce qui est souvent très utile plus tard.
Quoi qu'il en soit, certaines recommandations pratiques peuvent être envisagées pour éviter de tomber dans cette erreur et d'autres erreurs courantes.

 

Enquêter en profondeur

 

Il est important de connaître de manière aussi détaillée que possible tout ce qui concerne le secteur dans lequel vous voulez trouver un créneau, à la fois en termes d'entreprises avec lesquelles vous devrez rivaliser et le public cible auquel vous devrez vous adresser. Il convient également de rechercher les cas de réussites et d’échecs dans ce secteur, afin de pouvoir tirer des conclusions dont la nouvelle PME peut bénéficier pour grandir et se développer de manière favorable.

 

Bien gérer le talent

 

Une bonne équipe professionnelle est la clé du succès, c'est pourquoi chaque entrepreneur doit donner la priorité à la recherche de travailleurs talentueuxqui croient en l'idée à réaliser. Mais l'entrepreneur doit aussi faire confiance à son équipe et leur déléguer certaines tâches, car vouloir prendre toutes les responsabilités est un signe sans équivoque que quelque chose finira par déraper.

 

Limiter les coûts

 

Les nouvelles PME devraient éviter de dépendre de subventions et d'aides - il est conseillé de les utiliser, mais si elles deviennent essentielles, le risque d'échec est élevé et, en tout état de cause, elles ne devraient jamais être considérées comme une base pour les entreprises, il faut limiter autant que possible les coûts fixes, en particulier au début de l'activité économique.

 

Faire de l'autocritique

 

L'analyse minutieuse des faiblesses, des menaces, des forces et des opportunités de la concurrence, ou du projet de l'entreprise, est courante, mais peu d’entrpreneurs effectuent la même analyse SWOT pour critiquer la PME une fois qu'elle est en place, ce qui aide beaucoup à savoir ce qu'il faut corriger et améliorer.

 

Être flexible

 

L'important dans l'autocritique, c'est qu'elle serve à changer tout ce qui peut échouer dans le modèle d'affaires. De nombreuses entreprises hésitent à s'adapter à une nouvelle situation et n'acceptent d'apporter des changements que lorsqu'il est trop tard et que le mal est fait. La flexibilité et la capacité de faire face face à n'importe quel inconvénient est essentielle pour gagner en compétitivité

 

Chez CEDEC, nous pensons qu'il est essentiel que les entrepreneurs planifient très soigneusement toutes les mesures à prendre lors de la création d'une nouvelle PME, afin de surmonter la peur de l'échec, mais surtout pour assurer la durabilité et le développement de l'entreprise et la capacité d'atteindre l'Excellence Managériale à court et à long terme.

 

Source photo

Design by IDWeaver